Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Promised Land, critique

Guillaume Blet 0

Après un convaincant Harvey Milk, un émouvant Restless et un talentueux Will Hunting, Gus Van Sant réalise Promised Land, un film sur le gaz de schiste. Cette nouvelle œuvre indépendante met en lumière le débat sans fin entre les écologistes et les représentants de groupes énergétiques tout en nous plongeant dans une Amérique bucolique et contemporaine…

Dans Promised Land, Steve Butler (Matt Damon) et Sue Thomason (Frances McDormand), deux représentants d’un important groupe énergétique, essaient de convaincre les habitants d’une ville appauvrie de forer leurs terres pour récupérer du gaz de schiste. Steve et Sue leur proposent une grosse somme d’argent en échange de leur accord, et leur plan semble marcher à la perfection jusqu’à ce qu’un militant écologiste, aussi étrange que pugnace, intervienne pour contrecarrer leur plan.

La grande réussite de l’auteur de Elephant, Gus Van Sant, est d’arriver à créer une intimité à la fois avec les habitants de la mégalopole et les représentants de la mystérieuse compagnie énergétique. Il suit les uns et les autres dans leur vie, les montrant avec un grand naturel dans leur motel, au bar ou dans leur voiture. Malgré un travail qui semble odieusement cynique, Steve et Sue restent altruistes et observateurs.

Promised Land est une œuvre saisissante, qui voit aussi l’évolution d’un homme, Steve, au début innocent et un peu naïf, gagner peu à peu en maturité. Cette maturité lui permet de défendre ses idées avec une énergie et une détermination incroyables. Avec cette oeuvre, Promised Land, Gus Van Sant ne fait pas qu’illustrer un débat sur le gaz de schiste, toujours très controversé. Il s’intéresse également à la quête existentielle de son héros. Et, au-delà de cette histoire, dresse une critique acerbe du système économique américain actuel, qui détourne les meilleures volontés, privilégie les pires réflexes et considère parfois l’homme comme un être insignifiant.

Gus Van Sant a donc la fibre écolo. Matt Damon a de l’énergie à revendre. Promised Land est un film engagé avec une bande-originale signée Danny Elfman au top.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

Défiler vers le haut