Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Victoria, critique

0

Pour Justine Triet, Victoria est le portrait d’une femme quadragénaire si bien dans sa vie qu’elle oscille entre humour et gravité. Triet réalise une comédie parfois noire, souvent réaliste sur le quotidien d’une avocate qui élève seule ses filles, pendant qu’un de ses clients ne veut plus la quitter et qu’un ex-mari ne pense qu’à lui. C’est un quotidien difficile à supporter pour cette Victoria qui parvient à irradier de beauté et de vérité…

Brillante avocate et mère de deux filles, Victoria (Virginie Efira) présente toutes les apparences de la femme épanouie. Sauf que son ex-mari (Laurent Poitrenaux) publie sa vie intime sur un blog. Victoria fait appel à des « baby-sitters » pour l’épauler dans son quotidien et solder ses comptes avec David. Et c’est sans oublier la présence de Vincent (Melvil Poupaud), un ami envahissant, qui l’implore de prouver qu’il n’est pas un tueur. Bien qu’elle soit consciente du code éthique de sa profession, Victoria décide d’assurer sa défense au tribunal.

Entre l’école de ses filles, les courses, son appartement et son bureau toujours en désordre, Victoria essaie de s’amuser avec ses deux filles et de gérer sa vie, mais elle n’y arrive pas. Elle est tellement débordée qu’elle cumule gaffe sur gaffe et qu’elle ne fait plus attention aux autres. C’est en jouant sur la double personnalité d’une Victoria puissante et vulnérable que Justine Triet brosse un joli portrait de femme moderne. C’est une Victoria, en pleine crise de nerfs, qui reste debout, à son corps défendant. Embarquée dans une spirale émotionnelle où ses expériences se sont comme englouties dans le maelström d’une vie qu’elle ne contrôle plus, Virginie Efira a l’énergie contagieuse, lors de ses apparitions burlesques et touchantes. Elle est parfaite dans ce petit bout de femme à la fois « cool » et « passive-agressive ».

Victoria étonne et réussit son pari : celui de nous faire rire lorsque les situations étranges qu’elle traverse côtoient le réel (un chimpanzé et un dalmatien témoignent à la barre). Par l’originalité de son scénario, Victoria est un moment de cinéma à savourer. À travers cette femme au franc-parler assumé, Justine Triet dénonce un monde contemporain dans lequel l’investissement dans le travail peut nuire au bonheur et nous faire passer à côté de notre vie sociale. Dans le film, Victoria semble si bien connaitre son client victime d’une névrosée du sexe, le jeune homme au pair et son ex-mari qu’elle se retrouve embarquée dans une aventure incroyable. Victoria Efira crève l’écran, par sa grâce, sa sensibilité, sa sincérité et… surtout sa capacité à se remettre en question.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *