Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Truth : Le Prix de la Vérité, critique

0

En 2004, une chaine d’information américaine révèle l’absence de George W. Bush à la guerre au Viêt Nam. Mais, l’authenticité des documents à l’origine de cette révélation est mise en doute, contraignant le présentateur du journal télévisuel et sa productrice à prendre une décision…

Prenant pour appui l’autobiographie de Mary Mapes, James Vanderbilt signe un film tout aussi pertinent que Spotlight. Portée par Liev Schreiber, Mark Ruffalo, Michael Keaton et Rachel McAdams, l’oeuvre de Tom McCarthy revenait sur l’enquête d’investigation menée par les reporters du Boston Globe pour dénoncer le silence coupable de l’Église qui avait couvert des actes pédophiles. Cette nouvelle investigation ne dresse pas seulement le panégyrique de journalistes dont les révélations sont discréditées par la censure d’État, mais elle met surtout en lumière la difficulté d’un journaliste à faire correctement son travail lorsqu’il aborde un sujet délicat pour le compte d’un journal ou d’une chaîne d’information.

Sujet manichéen et subtil, Truth : Le Prix de la Vérité explore les failles d’une équipe de journalistes expérimentés qui doivent garantir l’authenticité de documents sensibles avant que leur enquête menée tambour battant ne prenne une mauvaise tournure, sanctionnant l’un d’entre eux (Robert Redford) et sa productrice émérite (Cate Blanchett).

C’est pour avoir fait leur travail presque qu’à la perfection, pour ne pas avoir satisfait les critères exigeants d’un métier qui ne laisse rien au hasard, que ce présentateur et cette productrice pourraient être démis de leurs fonctions. Et ne plus pouvoir exercer un métier passionnant. Le destin de ces deux personnes d’expérience n’est pas moins édifiant que celi des responsables de la chaîne et des équipes du président américain.

Dans la veine de Spotlight, Truth : Le Prix de la Vérité est une déclaration d’amour à la presse, dévoilant le formidable travail de professionnels de l’information soucieux de leurs éthiques. Et leur capacité à faire preuve de courage lorsqu’ils enquêtent sur des sujets sensibles.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *