Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

The Nice Guys, critique

0

Après avoir réalisé le dernier volet de la saga Iron Man, Shane Black repasse de nouveau derrière la caméra. Et propose une comédie policière sous marijuana, portée par un duo de choc que sont Ryan Gosling et Russell Crowe…

Avec cette comédie policière à l’humour noir décapant, Shane Black raconte l’histoire de deux détectives que tout oppose : Holland March (Ryan Gosling) est réservé et Jackson Healy (Russell Crowe) est un gros bras qui préfère distribuer des « bourre-pifs » plutôt que de bavarder avec ses clients. Un jour, la police confie une mission à Jackson Healy. C’est l’occasion pour lui d’embarquer Holland March et d’enquêter sur la mystérieuse mort d’une star de la pornographie. Les détectives vont devoir mettre leurs différends de côté pour siroter cette affaire riche en rebondissements. Et c’est sans compter sur la présence d’une dénommée Amélia (Margaret Qualley) et d’une redoutable ministre (Kim Basinger) qui vont leur redonner du fil à retordre.

Shane Black nous offre ici la totale. Entre de multiples intrigues bien ficelées et de nombreux rebondissements, ses détectives nous entrainent dans une aventure rocambolesque emplie de malentendus et de quiproquos tout en nous plongeant au cœur d’une ville perdue dans ses nuits de débauche. Cette intrigue rend un hommage aux années sixties et seventies, portées par des histoires à dormir debout et des dialogues savoureux.

Savamment filmées et orchestrées par Shane Black, les situations invraisemblables regorgent d’inventivité et d’originalité, et les détectives aux méthodes expéditives ne peuvent que les siroter. Avec aplomb et sourire. Et, pourtant, la mission s’avère être plus compliquée qu’elle n’y parait. Et ils vont devoir bousculer les certitudes et les préjugés d’une Amérique décadente pour la résoudre. Plus qu’un simple divertissement, faire rire sans s’avilir est le nouveau travail de Russell Crowe et de Ryan Gosling, interprétant ces détectives, qui délivrent une belle prestation avec des théories hilarantes qu’ils lancent par-ci, par-là.

The Nice Guys est une belle occasion pour Shane Black de nous faire revivre les années sixties et seventies. Avec, en filigrane de son récit, deux détectives barrés et détonants qui sont plongés au cœur d’une affaire extravagante. Ces deux-là ne peuvent que faire rire, lors des situations improbables qu’ils assument à merveille au sein d’une Amérique droguée à l’alcool et au sexe. Ils pourraient siroter une nouvelle mission bien plus irrévérencieuse que celle qu’ils viennent de résoudre… les doigts dans les poches et les mains dans le nez.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *