Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Song for Marion, critique

Guillaume Blet 0

Song for Marion est un film enthousiaste, véritable réflexion sur l’être humain, cet être qui peut changer à tout moment de sa vie et décider ne plus souffrir ni de son passé ni de sa solitude. Pour, enfin, assumer ce qu’il est devenu…

Dans Song for Marion, il y a d’abord une famille, ou plutôt un couple, si opposé et si proche à la fois, réunion de deux personnes qui luttent contre la maladie avec courage. Une formidable leçon de vie, pleine d’espoir et de tolérance, transmise avec d’autant plus de force que les deux acteurs principaux sont d’une justesse incroyable. Terrence Stamp est étonnant dans la peau d’Arthur, vieil homme bourru qui cache bien son jeu. Vanessa Redgrave, qui incarne son épouse, Marion, se révèle radieuse. Gemma Arterton vient compléter ce casting idéal en prêtant ses traits à Elizabeth, jeune femme énergique et esseulée.

L’émotion est d’une force rarement égalée au cinéma. Les moments de complicité entre Arthur et Marion sont partagés avec générosité, et c’est le même sentiment qui va permettre à l’époux de trouver toute la force nécessaire pour accompagner dignement sa femme atteinte d’un cancer. L’homme glisse progressivement d’un être acariâtre à une personne tendre, révélant une véritable personnalité enfouie au plus profond de lui.

Peu à peu, le film prend à contre-pied la complexité des relations humaines au sein de notre société moderne, montrant que l’homme peut évoluer à chaque instant et aisément renouer les liens avec ceux qui l’entourent. Les personnages se laissent porter par cette facilité déconcertante et réussissent à faire apparaître un joli message subliminal : la vie est derrière chaque sourire, chaque pleur, chaque émotion. À nous de la savourer telle qu’elle est.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

Défiler vers le haut