Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Snowden, critique

0

Entre liberté et sécurité, voici les thèmes de Snowden, le dernier film d’Oliver Stone qui fait son grand retour au cinéma dans le genre qu’il maitrise le mieux : le thriller d’espionnage et politique. Ce nouveau film est porté par un Joseph Gordon-Levitt, aussi inspiré et fiévreux que le vrai Edward Snowden, et sa muse parfois inconsciente, souvent rationnelle pour le raisonner sur les dangers d’Internet. Enfin y arrivera-t-elle ?

Joseph Gordon-Levitt se met dans la peau d’Edward Snowden, un jeune prodige de l’informatique. Tiraillé entre son amour envers Lindsay (Shailene Woodley) et son devoir patriotique, Edward exécute les ordres de ses responsables sans broncher, même s’il est déconcerté par la façon dont son employeur détourne son programme pour non pas aider les forces américaines à combattre la menace terroriste -, mais renforcer la sécurité en surveillant n’importe qui. Dépeint comme un salarié anxieux, intelligent et patriotique, Edward est persuadé que son talent d’informaticien gêne sa hiérarchie. Il devient alors paranoïaque et il plonge dans l’angoisse des citoyens impuissants qui assistent à l’agonie de leurs vies privées sur les réseaux de son employeur. Son angoisse lui cause des soucis de santé et dans sa vie de couple. À la fois une femme épanouie et incomprise, son amie Lindsay ne comprend pas bien sa méfiance envers le gouvernement. Et c’est sans compter sur sa thérapie de couple qu’il suit et son intuition qui le pousse à prendre son courage à deux mains pour montrer l’impact néfaste d’un programme sécuritaire tout en nous faisant voir que la frontière entre liberté et sécurité est ténue.

Oliver Stone réalise ici un thriller haletant et passionnant tout en s’appuyant sur le formidable travail de Laura Poitras (Melissa Leo) parvenue à interviewer Edward Snowden avant qu’il ne s’en aille en Russie avec Lindsay Mills. Oliver Stone ne juge ni l’attitude du gouvernement américain, ni celle de Snowden. Il nous sensibilise sur ce que représente l’indépendance et la sécurité d’un État. Pouvons-nous accroire cette dernière sans pour autant restreindre la liberté du citoyen ? Pouvons-nous continuer à faire confiance à ces multinationales qui détournent nos données à notre insu, alors que leurs politiques de confidentialité servent à les protéger. Des questions incessantes qui continueront de nous faire autant réfléchir tant qu’un juste milieu ne sera pas trouvé et voté par les pays du monde entier.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *