Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Radiostars, critique

0

En plein échec professionnel et sentimental, Ben (Douglas Attal), un humoriste chétif, qui croyait faire carrière à New York est de retour à Paris, au grand désespoir de son père (Sam Karmann). Il y rencontre Alex (Manu Payet), un des présentateurs de la plus célèbre émission du matin…

Avec ses quatre amis, Arnold (Clovis Cornillac), un homme dédaigneux, Cyril (Pascal Demolon), un quadragénaire mal assumé, Jérémie (Côme Levin), un accro de la boisson énergisante, et le frustré Smiters (Benjamin Lavernhe), Alex fait la pluie et le beau temps sur la station. Très vite, Alex présente Ben à ses compagnons qui l’engagent aussitôt. Alors que Ben commence à peine à écrire pour l’équipe, un raz de marée frappe de plein fouet la station : l’audience est en chute libre. Leur directeur d’antenne Frédérico (Laurent Bateau) les oblige à sillonner les routes de France en bus pour reconquérir leur public. De ce « road-trip » radiophonique va naître un véritable parcours initiatique qui va bousculer leurs certitudes et renforcer leurs amitiés.

Scénariste de Cyprien de David Charhon, Romain Levy est méconnu du public français. Pour se faire connaitre, il met en scène la vie de deux acteurs que tout oppose, mais qui finissent par ne faire qu’une seule personne au sein de Radiostars : le grincheux Clovis Cornillac et le superbe Manu Payet, soutenus par leurs comparses, mettent une telle ambiance sur le plateau qu’ils rappellent les animateurs de Good Morning England. Romain Levy nie toute influence malgré des analogies communes avec l’oeuvre anglaise, par exemple l’univers de cette bande de copains qui parcourent le pays, le rythme des séquences musicales et les vannes qui fusent à une vitesse fulgurante. Après cette réserve, Radiostars parvient à se distinguer du film de Richard Curtis grâce aux jeux de mots et aux plaisanteries de ses acteurs. À eux seuls, ces derniers nous amènent du bonheur à l’état pur, par le biais d’un langage déformé à la fois divertissant et touchant.

Les comédiens sont à l’image du film : vrais et en grande forme. Manu Payet affronte l’incorrigible Clovis Cornillac pour former un duo qui excelle à tous niveaux. Avec Benjamin Lavernhe, Côme Levin, Douglas Attal, et Pascal Demolon, ils  apportent à cette comédie des répliques cinglantes et cultes dans l’intérêt de nous faire passer de jolis moments d’émotions sur l’amitié.

Romain Levy a réussi son pari : faire de Radiostars une comédie entière pleine d’énergie, à la hauteur des acteurs qui nous font partager un concentré de bonne humeur et d’humour. Radiostars est un bon « doss » qui nous fait un bien et nous permet de retrouver le sourire.

NDR : Radiostars – Diffusé le 8 mars 2013 – Canal Plus.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *