Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Microbe et Gasoil, critique

0

Surnommé Microbe, Daniel (Ange Dargent) est un enfant réservé, considéré par ses camarades de collège comme une fille, et plongé souvent dans ses illustrations. Théo (Théophile Baquet), déluré, débarque par le plus grand des hasards dans la classe de quatrième de Daniel. Théo aide son père, un antiquaire fauché, à réparer des objets mécaniques et se fait appeler Gasoil par ses camarades lycéens, faute à ses bricolages inventifs…

Rejetés par les autres pour leurs différences, Daniel et Théo parviennent à nouer une belle amitié entre eux. Théo compose les rédactions de français de Daniel qui le soutient, seul, lorsqu’il expose ses dessins à Versailles.

Alors que les vacances estivales approchent, Daniel et Théo n’ont plus qu’une seule envie : passer deux mois avec leur famille. À l’aide d’un moteur de tondeuse et de planches de bois, ils imaginent leur future maison à quatre roues et décident de sillonner les routes de France.

Si Théo devait initialement partir en colonie de vacances pour faire plaisir à son père, il réussit à trouver un prétexte pour l’annuler et retrouver Daniel qui devait retrouver sa mère (Audrey Tautou). En partant à l’improviste, Théo espère retrouver Laura, une collégienne de sa classe dont il est éperdument amoureux. Après avoir échappé à un dentiste bipolaire (Laurent Poitrenaux) et à des loubards auxerrois, Daniel et Théo arrivent près du lac où Laura (Diane Besnier) passe habituellement ses vacances avec ses parents. Après avoir laissé leur « voiture maison », non loin d’un camp de nomades pour rejoindre Laura, Daniel et Théo manifestent leur colère lorsqu’ils découvrent l’incendie ravageant ledit camp. Et, au-delà de cette catastrophe, ils sont attristés de voir que leur seul moyen de locomotion a subi le même sort.

Daniel et Théo se disputent et se réconcilient avant d’être propulsés dans un petit village où les habitants y organisent des concours de dessin. Daniel gagne un peu d’argent. Cette récompense lui permet de retourner à Paris… en marche arrière. Théo, quant à lui, prend la direction de Grenoble, espérant retrouver son frère qu’il n’a pas revu depuis des années.

Quelque temps après les vacances, Daniel est accepté en classe de troisième. Lorsque l’un de ses camarades remet en cause l’attitude passée de Théo, Daniel lui fait alors regretter ses propos. Il est sanctionné par le proviseur du collège et Laura regrette que cela se termine ainsi. Daniel, grandi, ne lui accorde aucun traitement de faveur.

Michel Gondry nous balade dans notre Hexagone avec de faux espoirs (la contemplation de la mère de Daniel), des accessoires inutiles, des problèmes sociaux (le camp de nomades incendié, des parents aigris et endettés) et  l’amour que Daniel porte à Laura. Bref, le film de Gondry est emporté par deux jeunes adolescents authentiques qui ne cessent d’être inventifs pour pimenter ce récit, parfois naïf, souvent sincère.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *