Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Mariage à Mendoza, critique

0

Deux frères débarquent à Mendoza, petite ville d’Argentine, pour célébrer le mariage de leur cousin. Mais rien ne va se passer comme prévu. A son arrivée, l’un des deux, Antoine se fait larguer par sa femme. L’autre, Marcus, est persuadé que ce mariage remettra en selle son jeune frère et tente de l’aider. Des nuits de la capitale à la vallée de la lune, ils croiseront sur leur chemin des personnes étranges : un réceptionniste illuminé, une bombe divine, un allumé de la gâchette. Sur la route du mariage, au gré d’étapes mouvementées, Antoine et Marcus se retrouvent. A un détail près : quand le premier se remet, le second tombe malade…

Mariage à Mendoza, premier long-métrage d’Edouard Deluc, raconte les péripéties de deux frères dans une métropole aussi chaleureuse que ses habitants. La grande aventure, la vraie, la voilà. Elle propulse Antoine et Marcus dans un road-trip argentin complètement déjanté aux dialogues savoureux. L’occasion pour eux de sillonner les routes de cette ville sous un soleil éclatant et de partir en quête d’aventures. Des rencontres les plus déjantées aux plus sincères, les deux frères nous offrent des moments sympathiques, avec notamment un rabatteur qui les attire dans un joyeux bordel ou lorsqu’ils marchent dans les pas d’une charmante créature. Ni l’un ni l’autre ne va savoir résister à la beauté de cette dernière au point de lui offrir un agréable numéro. Chaleureusement interprété.

Nicolas Duvauchelle – que l’on a vu dans Comme des frères ou Polisse – incarne Antoine. A trente ans, ce dernier se sent prêt à oublier la femme qui l’a lâché et échanger sa vie contre une autre, tout aussi inconnue qu’éclatante. Philippe Rebbot, en frère ainé, est totalement déchainé. Face à eux et à leur parcours semé d’embûches, se trouvent Gustavo Kamenetzky en réceptionniste burlesque et le joli minois de Paloma Contreras en femme fatale.

Malgré un scénario simple, Mariage à Mendoza nous captive avec de très beaux paysages de Buenos Aires. Et nous séduit par son casting attachant et par ses scènes amusantes et dépaysantes.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...