Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

#6 – Lucas Belvaux, le témoin d’un cinéma responsable

Guillaume Blet 0

Né le 14 novembre 1961 à Namur, en Belgique, Lucas Belvaux est connu pour sa célèbre trilogie (Un couple épatant, Cavale et Après la vie) qu’il met en scène en 2002 et pour laquelle il remporte le prix Louis-Delluc l’année suivante. Le cinéaste réalise ensuite plusieurs autres films noirs. Fort de ces pertinentes critiques sociales de l’homme de nos jours, Lucas Belvaux finit par devenir le témoin d’une société humaniste et responsable…

Pour le prouver, il décide de revenir sur le devant de la scène et de frapper encore plus fort : celui de s’intéresser aux responsables politiques. Avec son dernier film, Chez Nous, Lucas Belvaux, toujours aussi dénonciateur et engagé, plongera Émilie Dequenne dans une histoire qui dépassera toute logique.

En 2017, être désespéré et dévoué ne voudra pas dire être faible. À moins que certaines âmes rogues, devant la certitude de détenir la vérité, puissent prouver le contraire. Le désespoir et le dévouement de leur rivale Émilie Dequenne seront sollicités jusqu’au point de non-retour. Lucas Belvaux nous en montrera leurs forces et leurs limites pour les confronter à un monde politique, gangrené par la corruption d’idées et le formatage de personnalités. Cette confrontation devrait nous inciter à nous battre pour l’intégrité et la dignité, si l’on pense à la France libre de Paul Eluard.

En 2014, Lucas Belvaux (Pas son genre) orchestre la rencontre entre une coiffeuse modeste (Émilie Dequenne) et un agrégé de philosophie (Loïc Corbery) qui vivent une histoire chacun de leur côté, alors qu’ils forment un couple. Lucas Belvaux en profite pour montrer comment deux modes de vie peuvent cohabiter et mettre à rude épreuve le sentiment amoureux. Cette rencontre est pour le réalisateur une façon de confronter nos idéaux et nos idées reçues à la réalité.

En 2012, Lucas Belvaux (38 Témoins) remet en question l’intégrité de l’homme et sa dignité au sein d’une société capitaliste et lâche.

En 2009, Lucas Belvaux (Rapt) raconte l’histoire d’un richissime chef d’entreprise (Yvan Attal) qui découvre les limites de la liberté après avoir été retenu en otage pendant des mois. Cette histoire d’enlèvement effroyable met à rude épreuve l’intégrité et la dignité dans un monde décadent, où la frontière est mince entre vie privée et vie publique.

En 2006, Lucas Belvaux (Dans La Raison du plus faible) nous montre la façon dont l’homme est prêt à tout pour détourner les meilleures volontés et survivre dans un monde malhonnête et sombre, au détriment de ceux qui l’entourent.

En 2003 : Lucas Belvaux (Un couple épatant, Cavale et Après la vie) teste la puissance des liens amicaux et amoureux pour dévoiler la véritable image de l’homme de nos jours. L’homme apparait bienveillant et inquiétant. Au fil de ses trois récits, Lucas Belvaux finit par devenir le témoin d’une humanité responsable.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

Défiler vers le haut