Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Live by Night, critique

Guillaume Blet 0

Après avoir réalisé Gone Baby Gone, The Town et Argo, Ben Affleck adapte le roman noir de Dennis Lehane, auteur du célèbre Shutter Island de Martin Scorsese…

Pour son nouveau passage derrière la caméra, Ben Affleck raconte l’histoire singulière du gangster Joe Coughlin avec, en toile de fond, le somptueux tableau de la Floride des années 1920 et une jolie vengeance sur fond de femmes et de rhum. Si Ben Affleck reconstitue à merveille cet univers, il n’en tire malheureusement pas profit.

Ben Affleck préfère orchestrer des fusillades d’une beauté éclatante et reconstituer l’esthétique des années Al Capone (La Grande Dépression, la prohibition, le Ku Klu Klang, le rêve américain) plutôt que d’étoffer et de transcender son récit. Ce Joe Coughlin, incarné par lui-même, y est un gangster intriguant qui refuse de se considérer comme tel. C’est ici l’image d’un gangster à la morale douteuse qui aurait dû être joué par un acteur plus expressif. Son frère Casey qu’il avait dirigé sur Gone Baby Gone aurait été plus à même d’exprimer les contradictions de ce gangster oscillant entre cruauté et sensibilité.

Ce qui n’empêche pas Ben Affleck d’avoir du goût dans le choix de ses partenaires. Il est entouré de Chris Cooper en shérif vengeur, Chris Messina en mafieux vicieux, Elle Fanning en fille bafouée du shérif, de Sienna Miller en femme troublante et de Zoe Saldana en épouse illustre, qui viennent illuminer l’histoire de son personnage, joliment filmée au détour de belles scènes.

Malgré une parfaite reconstitution historique des États-Unis du XXe siècle et symbolique (ici, la discrimination raciale), Live by Night n’est pas le grand film qu’il aurait dû être. Parce qu’il manque cruellement d’ampleur, faute à une mise en scène trop sage. Et parce qu’il tient absolument à se donner sa propre identité, notamment celle de Ben Affleck qui est trop sûr de lui pour réussir la quête vengeresse du gangster qu’il incarne.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

Défiler vers le haut