Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

La Ritournelle, critique

0

La Ritournelle est une histoire simple et banale que la majorité de couples ont déjà connue ou connaîtront probablement un jour. L’histoire de la routine dévorante qui s’installe après un certain nombre d’années de mariage et le départ des enfants…

Marc Fitoussi, qui avait déjà étudié les relations mères-filles avec Isabelle Huppert dans Copacabana, propose cette fois-ci l’histoire d’un couple coincé entre la campagne normande et la capitale. Normands d’origine, Brigitte (Isabelle Huppert) et Xavier (Jean-Pierre Darroussin) sont des éleveurs de bovins. Au sein de ce couple aisé, Xavier est un peu bougon et préoccupé par ses bêtes qu’il expose régulièrement dans des salons, tandis que sa femme Brigitte apparaît dévouée et originale. Mais la petite bergère, surnom que lui a gentiment attribué son mari, en a marre de sa vie routinière et du manque d’attention de son époux. Avec cette brèche affective, tout peut arriver. Et Brigitte le sait, s’offrant – à l’insu de son mari – une cure de jouvence, véritable ode à la liberté. Xavier, impuissant, constate que sa femme, douce et rêveuse, lui échappe et qu’il risque de la perdre à jamais. Histoire somme toute assez simpliste, mais qui se révèle – contre toute attente – être une expérience réjouissante.

Avec une interprétation de Jean-Pierre Darrousin et d’Isabelle Huppert saisissante de vérité, le film de Marc Fitoussi est absolument délicieux. Les deux comédiens sont incroyablement authentiques dans leurs rôles respectifs. Marina Foïs fait une courte, mais mémorable et hilarante apparition en tant que belle-sœur. Quelques autres acteurs, tous talentueux, complètent le duo Jean-Pierre Darroussin et Isabelle Huppert (Michaël Nyqvist et Pio Marmaï).

De la part de Fitoussi, il y a sans conteste une réelle qualité d’écriture et une capacité à nous surprendre, en alternant des séquences drôles, légères et émouvantes (un numéro de danse nous embue les yeux). La douleur d’un homme qui se croyait délaissé ne s’étale pas en cris ni en pleurs, elle est intériorisée et exprimée par un comportement irrationnel. Plutôt qu’à faire de longues explications, le réalisateur a l’élégance de filmer ce couple ordinaire qui, après s’être enlisé dans une ritournelle, va revivre de jolis moments à deux. Mélange gracieux de délicatesse et de mélancolie.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...