Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

La Nouvelle vie de Paul Sneijder, critique

Guillaume Blet 0

Paul Sneijder, un ingénieur installé à Montréal, a été victime d’un effroyable et rarissime accident. Une terrible chute de 90 mètres dont il est sorti indemne, qui a couté la vie à sa fille Marie avec qui il travaillait. Depuis sa convalescence, Paul préfère arpenter les rues enneigées de la ville plutôt que de trouver un travail et de vivre avec ceux qui lui restent. Son épouse Anne, une richissime femme d’affaires, veut qu’il porte plainte contre le responsable de son accident pour assurer l’avenir prestigieux de ses autres fils. Ne trouvant plus sa place dans cette famille qui l’étouffe, Paul décide de changer de vie, au grand dam de sa femme, et ce changement pourrait bien bouleverser sa vie…

Prenant pour appui sur l’un des romans de Jean-Paul Dubois, Thomas Vincent épingle les travers d’une société qui cherche à tout prix à briller avec l’argent. Avec absurdité et humour. Tour à tour ionique, mélancolique, touchant et vieillissant, Paul, brisé par une tragédie, parvient à sortir de sa claustrophobie et de sa léthargie au gré de ses longues marches. Paul est ailleurs. Il commence peu à peu à se réinsérer dans une société simple, où des amitiés atypiques se tissent, où des rencontres cocasses se concrétisent et où il retrouve la joie de vivre. Ce nouveau chemin qu’il se fraye lui permet de dépasser son traumatisme sans tenir compte d’une société superficielle qui le traque. Et qui veut profiter de la mort de la défunte pour bâtir un destin d’hommes à haut potentiel.

À la fois magnétique et sobre, Thierry Lhermitte, incarnant Paul, part en quête de valeurs simples jusqu’à reproduire ce qu’il avait déjà entrepris dans sa vie : prendre le large pendant plus d’un an. Cette analogie entre la vie de son personnage et sa vie réelle explique sa capacité de jouer, tout en finesse et retenue. Face à Lhermitte, Aliocha Schneider, Géraldine Pailhas et Vassili Schneider sont particulièrement arrogants et ingrats qu’ils renforcent la motivation de son personnage à se frayer un chemin vers d’autres terres. Cette nouvelle route est une forme d’hommage à Alexa-Jeanne Dubé qui apparait dans les souvenirs de Paul comme une femme parfois lunatique, souvent lumineuse pour explorer et s’illuminer au contact du soleil.

La quête de rédemption de Paul est donc une fable cruelle, un mélodrame touchant et une poésie sarcastique. Ce subtil mélange des genres montre à quel point l’argent n’est rien face à l’indépendance, à la vie.

 

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

Défiler vers le haut