Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

La Dame de fer, critique

Guillaume Blet 0

Surnom attribué par le journal soviétique L’Étoile rouge à Margaret Thatcher, La Dame de fer est une œuvre cinématographique qui retrace le parcours d’une femme inflexible à la tête du gouvernement britannique entre les années 1970 et 1990…

Margaret Thatcher, la première et l’unique femme gouverneure d’Angleterre, autrefois capable de diriger le pays d’une main de fer, vit désormais tranquillement sa retraite imposée à Londres. Âgée de plus de 80 ans, elle est rattrapée par les souvenirs. De l’épicerie familiale à l’arrivée au 10 Downing Street, en passant par une politique complexe, elle a exercé le pouvoir avec le soutien de son défunt mari et a réussi à se faire respecter en abolissant les barrières liées à son sexe. Entre passé et présent, ce parcours intime est un nouveau combat pour cette femme aussi bien adulée que détestée.

Vingt-deux ans plus tard, Margaret Thatcher revient sur le devant de la scène grâce à Phyllida Lloyd. Il illustre le destin de cette femme qui prit le pouvoir britannique en 1979 et qui mena une politique étrangère, marquée par l’opposition à l’URSS, la guerre des Malouines en 1982 et la promotion d’une Europe libre-échangiste au sein de la Communauté économique européenne. Sa politique économique, fortement inspirée par les idées du libéralisme économique, fut marquée par d’importantes réformes (affaiblissement des syndicats, diminution de la pression fiscale, privatisations). À travers ses engagements politiques, Phyllida Lloyd évoque la lutte constante de cette femme déterminée pour une cause unique : la prospérité de son pays. Thatcher passe d’un statut de Premier ministre détesté à celui de « fiancée de la nation » sans jamais fléchir devant ses convictions chrétiennes méthodistes, conservatrices et libérales.

Margaret Thatcher a joué un rôle décisif dans l’histoire du Royaume-Uni et Meryl Streep l’incarne à la perfection. Dans ses souvenirs d’antan, sa famille est tenue à distance au profit de son ambition : son mari, toujours en pyjama, n’est qu’un élément subsidiaire. Son fils Mark n’est malheureusement présent que sur de vieilles cassettes de film et sa fille Carol fait de rares apparitions. Streep fait de Thatcher un personnage sénile et tragique. La gouverneure est une femme déterminée dans l’univers politique face à des individus qui la jugent hystérique. Et seule dans sa vie personnelle.

La mise en scène est soignée, les costumes et les décors sont bien restitués, mais la réflexion politique de Margaret Thatcher n’est que survolée au détriment des moments les plus marquants de son pays.

NDR : La Dame de fer – Diffusé le 26 février 2013 – Canal Plus.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

Défiler vers le haut