Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Jack Reacher : Never Go Back, critique

Guillaume Blet 0

Après une première aventure il y a quelques années, le mystérieux Jack Reacher est de retour pour obtenir justice. Susan Turner, la responsable de son ancienne unité, est arrêtée : il va devoir prouver l’innocence de la jeune femme sans tomber dans les pièges de ses ennemis et tout en l’aidant à déjouer un complot…

Ancien major de la police militaire de l’armée des États-Unis, Jack Reacher, visage ferme, est un bel atout pour les hauts gradés qui lui confient des tâches délicates que personne ne serait capable de résoudre. Parmi ses hauts gradés se trouve la major Susan Turner (Cobie Smulders) qui l’a remplacé au sein de son unité en Virginie. Et avec qui il entretient des relations. Un jour, à la suite d’une opération militaire que la police du comté ne pouvait résoudre, Reacher rend une visite de courtoisie à la jeune femme. C’est à cet instant-là qu’il apprend qu’elle a été démise de ses fonctions. Ce qui s’avère être une mission impossible devient pour Jack Reacher un moyen de prouver encore une fois sa capacité d’alterner intelligence et gros bras.

Jack Reacher se rapproche de l’avocat du major Susan Turner. Au cours de sa nouvelle mission, il découvre très vite qu’elle est liée à deux soldats partis en Afghanistan pour le bien d’une de ses enquêtes. Il use une nouvelle fois de son pouvoir d’investigation et de déduction pour libérer Susan Turner avant qu’elle soit jugée ou liquidée par des mercenaires. Commence alors pour Reacher une course contre la montre. Une course dans laquelle il n’a que peu de temps pour découvrir la vérité sur les dossiers de Susan Turner. Si cette mission joue sur les nerfs de Jack Reacher atteint d’hypermnésie dans le premier volet, elle lui dévoile quelques bribes de son mystérieux passé. Selon certaines sources, Reacher serait le père de Samantha Dayton (Danika Yarosh). Cette adolescente semble être aussi rusée que son paternel. Et, c’est mal connaitre ce dernier qui doit redoubler d’efforts et de ruses face à des ennemis qui le traquent, lui et ses deux protégés, au cœur d’une sombre affaire d’État les unissant.

Edward Zwick mélange la finesse et le sens de la déduction de Sherlock Homes ainsi que les gros bras de l’agent Ethan Hunt pour composer le nouveau Jack Reacher. Et nous tenir en haleine, lors des scènes de combat parfaitement chorégraphiées entre un Tom Cruise énergique et tourmenté et une hermétique Cobie Smulders en quête d’une vérité impénétrable.

Au top de sa forme et de sa maturité, Tom Cruise, un brin malicieux en justicier retors, nous fait voir qu’il est capable d’être Ethan Hunt et Sherlock Holmes tout en déjouant un complot et en dévoilant une certaine sensibilité avec ses mystérieuses partenaires (ici, Cobie Smulders et Danika Yarosh). C’est ici un Jack Reacher encore plus attendrissant et saisissant que celui de 2012.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

Défiler vers le haut