Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Equals, critique

Guillaume Blet 0

Produit par Michael Schaefer (Seul sur Mars) et réalisé par Drake Doremus, Equals met en scène la rencontre amoureuse entre Kristen Stewart et Nicholas Hoult dans un monde glacial où les émotions sont considérées comme une maladie. Comment ces deux personnes amoureuses l’une de l’autre vont-elles pouvoir vivre cette chose unique : l’amour ?

Drake Doremus s’est inspiré de Like Crazy, une histoire d’amour déchirante, pour mettre en scène Equals, une romance à la fois douce, douloureuse et fascinante, au sein d’une société qui ne tolère aucun sentiment entre ses citoyens. Et, pourtant, deux d’entre eux tombent amoureux : Nia (Kristen Stewart) et Silas (Nicholas Hoult). Ces deux jeunes gens font les mêmes choses chaque jour. Ils discutent, rient, sourient, mais ils n’ont pas le droit de s’effleurer. Ils vivent dans une société où chacun se voit assigner un emploi et où chacun doit respecter des règles strictes. Tous deux ne peuvent rien faire d’autre que de se contempler dans ce monde apathique et insensible à la moindre émotion. Un monde qui les effraie et qui les réunit. Grâce à l’aide d’un groupe privé, et malgré d’éventuelles menaces, le jeune couple va peu à peu découvrir ce qu’est l’amour : deux âmes, deux corps se croisent et se dévoilent au fur et à mesure pour être en symbiose.

Cette dangereuse relation leur fait découvrir les joies d’un amour authentique et vrai. Un amour qui, s’ils avaient découvert les effets positifs sur une vie humaine, aurait pu donner un sens réel à leur existence. Ce groupe privé les soutient jusqu’à prendre quelques risques pour qu’ils survivent. Leur amour va-t-il résister à l’intransigeance de leur société capitaliste ?

Le récit de Drake Doremus se dévoile lentement et nous fait prendre conscience à travers Nia et Silas l’impact du conditionnement social sur la vie d’un homme. Sans émotion, ce dernier n’est rien, et c’est ce que Nia et Sils, passant de la froideur à l’enthousiasme, finissent par comprendre. En dépit des menaces qui planent sur eux, leur relation interdite nous montre bel et bien qu’il est impossible de retirer les sentiments de l’homme. Les supprimer reviendrait à modifier ses paramètres génétiques. Une telle modification est possible pour le protéger contre la maladie d’Alzheimer, mais elle présente un grave danger éthique, en particulier sur la capacité d’altérer le génome de ses cellules germinales.

Drake Doremus nous embarque ici dans une nouvelle histoire d’amour déchirante, où Kristen Stewart et Nicholas Hoult crèvent l’écran, par leur bonté et leur grâce. Entre les règles qu’ils doivent suivre pour le bien-fondé de l’éducation dans leur société, et les émotions qu’ils ressentent, Drake Doremus nous incite à repenser notre modèle sociétal pour trouver une solution plus humaine qu’elle n’est présentée dans le film. Par le biais de la stylistique de la rencontre qu’il orchestre, Drake Doremus entend l’étude de la valeur affective des faits du langage organisé et de l’action réciproque des faits expressifs qui concourt à former un système de moyens d’expression. Cette analyse, recoupant le style de Spike Jonze (Her), consiste en un inventaire des potentialités créatives de l’homme à s’exprimer par un amour naturel, touchant et vrai.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

Défiler vers le haut