Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Demain tout commence, critique

Guillaume Blet 0

Sans attaches, ni responsabilités, Samuel profite du soleil du sud de la France avec des gens qu’il aime et avec qui il travaille sans se fatiguer et se soucier de son avenir. Un jour, Kristin, une de ses ex-conquêtes, revient le voir et lui laisse sur les bras Gloria. Inapte à gérer cette petite fille et décidé à lui rendre, Samuel se précipite à Londres pour la retrouver, sans succès. Comment peut-il faire pour s’occuper de Gloira dans une ville anglaise qu’il ne connait pas ?

Huit ans plus tard, Samuel (Omar Sy) et Gloria (Colston) se sont merveilleusement apprivoisés qu’ils ont fini par habiter à Londres avec leur copain Bernie (Antoine Bertrand). Ce dernier est un producteur parfois caustique, souvent humain. C’est grâce à lui qu’ils ne sont pas à la rue. Grâce à Bernie qu’ils côtoient sur des plateaux de tournage, Samuel et Gloria vivent une histoire dingue. Jusqu’à ce Kristin décide de faire main basse sur Gloria. Samuel dont la vie s’est stabilisée avec Gloria, est pétrifié et s’inquiète pour son avenir, le sien et celui de Gloria. Comment Kristin peut-elle lui reprendre Gloria qu’elle lui a confié ?

Entre un Omar Sy drôle et maladroit ainsi qu’une Clémence Poésy amère et douce, la sentence est cruelle pour cet homme qui a réussi un tour de force en assurant l’éducation d’une petite fille. Cette sentence qu’il vient d’endurer n’est rien face à ce qu’il peut ressentir à l’égard de Gloria, notamment l’amour qui lui porte et les liens indéfectibles qui l’unissent à elle. Peut-il recommencer à zéro, alors qu’il s’est pris en main pour assumer son rôle de papa ? Hugo Gélin raconte son parcours de la plus belle des façons pour nous montrer comment une rencontre imprévue peut forger le destin d’un homme peu sûr de lui. Entre sa peur de sauter dans le vide et ses doutes paternels, son pari est réussi grâce à une énergique Gloria qui cache un secret que sa mère Kristin ignore. Un secret qui la pousse à vivre sa vie avec Samuel. Un homme qui lui a fait découvrir tout un tas de petites choses magiques.

Kristin peut difficilement cerner l’attitude de Gloria. À travers cet homme stupéfait devant les agissements de son ex-copine qui lui fait subir une seconde sentence, Hugo Gélin nous fait prendre conscience qu’il n’est pas aisé de faire valoir ses droits. Il n’y a pas de recette miracle pour s’occuper d’un enfant. Gloria, pourtant réelle, subit cette seconde sentence sans qu’elle se soit exprimée. C’est ce qu’il arrive dans la vie lorsque deux parents se déchirent. Ils oublient une chose : celle de ne pas faire souffrir leurs enfants de leurs séparations.

Soutenu par un superbe Antoine Bertrand, le désabusé Omar Sy répond à cette question, par le biais d’une démultiplication d’avis aussi éclatants que ses ressentis déclamés face à Clémence Poésy. C’est en les confrontant que Hugo Gélin constate qu’un papa adoptif peut remplacer un père biologique tout en soulignant qu’il n’existe pas de parents parfaits.

Être parent signifie s’adapter à l’environnement de l’enfant et faire son bonheur. L’aider, l’écouter, le rassurer et s’amuser avec lui sont des choses qu’un parent doit prendre en compte, et Omar Sy le fait bien. L’acteur crève l’écran, par sa capacité de passer du rire aux larmes, au sein d’un récit drôle, émouvant, intransigeant, social et tendre. Ce récit familial nous marque davantage, si nous y ajoutons la présence d’une adorable Gloria Colston qui joue, tout en finesse, face à un Omar Sy soucieux de tenir une promesse. Tous deux illustrent un bel exemple de ce que devrait être la relation « parent-enfant ».

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

Défiler vers le haut