Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Citizenfour, critique

0

La documentariste Laura Poitras revient sur l’histoire d’Edward Snowden qui est parvenu à dévoiler des documents confidentiels. Comment Laura Poitras va-t-elle faire pour rencontrer Edward Snowden avant que la justice américaine l’arrête et le juge ? Si cette difficulté d’interroger Snowden à Hong Kong est de taille, nous valorisons la volonté de Laura Poitras à nous sensibiliser sur ce qu’est devenue aujourd’hui la liberté et la vie privée au sein d’un pays en guerre…

Dans la veine d’un film d’espionnage, Citizenfour est bien plus un documentaire qu’une simple fiction avec toute la pression médiatique qu’il comporte. Quelque peu soucieux, Edward Snowden se confie face à la caméra de Laura Poitras. Il nous fait savoir qu’il ne pouvait plus garder les documents dérobés pour lui parce qu’ils concernent notre liberté et notre vie privée. Snowden discrédite, sans le savoir, le département de la Défense des États-Unis en les publiant chez The Guardian et The Washington Post.

Et, au-delà de ces documents informatiques, l’humanité est assise sur une bombe technologique à retardement et c’est que nous fait comprendre Edward Snowden dans ce documentaire filmé en temps réel par Laura Poitras. Il s’accorde pour dire qu’il est de notre devoir pour éviter un fléau planétaire : un dérèglement majeur des nouvelles technologies de communication qui entraînerait une importante restriction de nos droits moraux. Nous allons être les responsables de ce fléau d’une ampleur sans précédent, si nous ne nous rallions pas à la cause de Snowden. Plutôt que de tirer la sonnette d’alarme de la fin d’une société libre ou de céder à la délectation morose, Laura Poitras préfère relayer le combat d’Edward Snowden qui nous persuade de l’urgente nécessité de réagir à ce fléau où cohabitent les magnats de la technologie et les politiciens tous négligents les uns que les autres.

Pointé du doigt dans l’affaire d’un vaste programme d’écoutes téléphoniques illégal, le département de la Défense réfute son existence et fait de Snowden l’ennemi de tout un pays. Que le département de la Défense ou le président exprime leurs désaccords sur ce programme, Edward Snowden pourrait bien ne plus revenir dans son pays natal, faute à un mandat d’arrêt lancée contre lui. C’est ce que souligne son avocat Glenn Greenwald qui évoque l’influence néfaste de la politique sur la justice. Même si les points de vue de Snowden sont défendables et recevables devant une cour, les juges américains ne vont pas l’entendre de cette oreille et vont le condamner. Malheureusement, la législation américaine est faite ainsi et personne ne va pouvoir la changer. Jusqu’à ce qu’une loi internationale protège les lanceurs d’alerte.

Laura Poitras nous dévoile ici un monde bien plus corrompu qu’il n’y parait lorsque Edward Snowden lui affirme que des multinationales sont liées au programme d’espionnage du département de la Défense. En les citant et en pointant l’irresponsabilité de ces sociétés, Snowden va défrayer la chronique au point de provoquer une profonde remise en question des libertés fondamentales de l’homme.

Que nous soyons pour ou contre l’espionnage informatique, la vraie question à soulever est la suivante : la surveillance informatique généralisée est-elle la porte ouverte au totalitarisme ? Laura Poitras tente d’y répondre à travers les dires de Edward Snowden et de cerner son comportement. Entre la paranoïa et la réalité de cet homme, ce n’est pas la même chose et Laura Poitras est parvenue à le détendre pour qu’il nous explique ce qui l’a poussé à faire éclater la lâcheté de son ex-employeur vis-à-vis de lui et de ses concitoyens. Snowden n’apparait donc pas comme un simple voleur, mais plutôt comme un grand défenseur de la liberté individuelle, doté d’une profonde réflexion intellectuelle. Il se définit même comme un homme qui préfère mettre sa vie entre parenthèses pour sauver la nôtre, notre liberté et notre vie privée.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *