Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Bienvenue à Marly-Gomont, critique

0

Julien Rambaldi nous conte le parcours du médecin Seyolo Zantoko, le père de Kamini Zantoko, dans les années 1970. De son départ d’Afrique à son arrivée dans une petite commune revêche, rien n’a été simple pour la famille Zantoko. Et, pourtant…

Devant l’arrivée de Seyolo Zantoko, devenu médecin depuis peu, et de sa famille en France, les habitants de Marly-Gomont préfèrent les rejeter plutôt que de les connaitre, faute à la couleur de leurs peaux. Entre découragement et renoncement, entre amalgames et blagues douteuses, entre ignorance et mépris, la famille Zantoko ne perd ni sa dignité, ni ses origines, ni ses valeurs lorsqu’elle affronte des élus véreux ou des médecins méprisants, lors de scènes éprouvantes. À aucun moment, cette tribu ne se plie à leurs règles racistes. Avec audace et courage, elle parvient à s’amuser de la bêtise des villageois, visages renfrognés, pour s’insérer dans cette petite ville. Et leur montrer qu’ils sont des gens normaux tout aussi dignes et intègres qu’eux.

Abordant avec finesse le thème de l’intégration et de la médecine rurale en voie de disparition dans les petites villes, Julien Rambaldi et Kamini Zantoko font passer cette « comédie-biopic » comme une belle fable sociale et morale, y dévoilant le courage d’un médecin africain qui a donné à ses proches une vie meilleure que celle qu’ils avaient vécue au Congo. Cette bravoure force le respect et n’est pas sans rappeler l’hommage qu’avait rendu Kheiron à ses parents lorsqu’ils avaient combattu le chah d’Iran et déménagé en France.

L’accouchement d’une femme ingrate par un médecin noir ainsi que la rencontre entre une famille africaine et des villageois blancs dans une Église sont les scènes les plus marquantes du film. D’une grande humanité, elles permettent à Julien Rambaldi de dépeindre le choc des cultures, de saluer la vaillance du père de son scénariste. Et de nous apporter une jolie réflexion sur la différence et son acceptation.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *