Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Atomic Blonde, critique

0

Il y a 30 ans, un mur divisait Berlin en deux. La musique est devenue le symbole de la réunification des deux Allemagnes et les Allemands se sont tournés vers l’euphorie. Auteur de John Wick, David Leitch adapte The Coldest City, un roman graphique d’Antony Johnston et Sam Hart, pour mettre en scène une affaire d’espionnage au coeur d’un Berlin musicalement agité…

En 1989, alors que le mur de Berlin s’apprête à s’effondrer, David Leitch orchestre une histoire d’espionnage anxiogène et imprévisible pour confronter le bloc de l’Ouest et celui de l’Est. Et s’apercevoir que les relations entre les deux camps sont toujours aussi houleuses que celles décrites dans les romans de John Le Carré. Lorraine Broughton (Charlize Theron) s’infiltre à Berlin pour récupérer une liste d’agents secrets confidentiels avant qu’elle tombe entre les mains des Soviétiques. Au cours des dernières années, Charlize Theron s’est imposée dans le cinéma d’action (Fast and Furious 8, Mad Max : Fury Road), maîtrisant à la perfection sa gestuelle et son corps, lors de scènes de combat. Ici, la comédienne est une nouvelle fois à l’aise dans la peau d’une « superwoman » qui débarque dans un Berlin élégant et suspicieux, où le fou à pister peut être n’importe qui sur l’échiquier des deux blocs. Et où le moindre faux pas peut lui être fatal.

Scénarisée par Kurt Johnstad, l’intrigue est difficilement discernable, notamment dans les relations ambiguës entre les personnages gravitant autour d’une liste secrète. Traqué sans relâche par un préposé du KGB, un espion disparait mystérieusement de la circulation en possession de cette liste, pendant que Lorraine Broughton est interrogée par le responsable du MI6 (Toby Jones) et de la CIA (John Goodman). Lors de son arrivée à Berlin, Broughton est démasquée par Delphine Lasalle (Sofia Boutella) et piégée par des hommes de main avant que son contact David Percival (James McAvoy) la sauve in extremis. Qui est cette Lasalle qui s’est permis d’écourter la conversation de Lorraine Broughton avec un homme persuadé de la revoir ? Commence alors une course contre la montre pour Broughton qui doit démasquer ses adversaires. Percival commence par lui fournir toute sorte d’informations pour remonter à sa cible Spyglass (Eddie Marsan). Et, c’est sans oublier la présence de Soviétiques qui semblent anticiper ses plans. En lien avec la liste, Spyglass apparaît comme un élément aussi équivoque que les discrets Delphine Lasalle et David Percival. Les échanges entre ces deux derniers et Lorraine Broughton demeurent imprécis. Cependant, la façon dont leurs dialogues sont agencés ne l’est pas et donne l’impression que la cible est un leurre. Et Broughton est contrainte de s’autoriser un peu de distraction avec Lasalle pour cerner davantage les ambitions de chacun et les enjeux de la mission.

Baignant dans le Berlin des années 1980, Charlize Theron incarne le rôle de cette Lorraine Broughton, une femme fatale dont on n’arrive pas bien à comprendre ses projets. Pourtant, elle ne semble rien faire par hasard, menant ses enquêtes au gré de ses envies et de son contact. Les éléments qu’elle apporte à ses deux interrogateurs accentuent la présence troublante de ses adversaires sur l’échiquier. En ce qu’on porte à croire à l’existence d’une conspiration, elle nous attache à une certaine méfiance devant des pions d’une discrétion étrange (les personnages charismatiques et extravagants de James McAvoy et de Sofia Boutella, en tête de liste).

D’un mélange raffiné d’électropop et d’espionnage à des scènes d’action efficaces et vives, David Leitch a réussi son pari : nous distraire. Porté par une Charlize Theron aussi sensuelle que subtile dans son jeu, Atomic Blonde est un divertissement esthétique et palpitant, dont on aimerait connaitre la suite des aventures. Même si le réalisateur brouille les intentions de ses protagonistes.

Si vous appréciez ma chronique, ce serait sympa de la partager...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *